Huile essentielle de oud : la chance et le dilemme de votre consultante ayurvédique

Posted in: Non catégorisés- oct. 31, 2017 No Comments

Crédit photo
Vous arrive-t-il parfois qu’une de vos voix intérieures bien que très subtile se fasse si insitante que vous ne pouvez ignorer sa demande même si elle semble tirée par les cheveux? Je suis confrontée à une telle requête présentement: Faire une nouveau produit pour aider les gens qui ont des problèmes d’anxiété débilitants. Plus spécifiquement, le produit doit contenir de l’huile essentielle de oud. En tant que consultante ayurvédique c’est une grande chance et un dilemme.

La grande chance, c’est que j’ai cette huile essentielle, mais il n’en reste que 5 gouttes. Le dilemme est que le bois de oud (aussi appelé agarwood) est maintenant une espèce menacée et même protégée au Vietnam. De plus, cet arbre doit d’abord être picoré par les oiseaux pour le rendre vulnérable à des champignons qui le rendent malade avant qu’on puisse en extraire de l’huile essentielle. De surcroit, une huile de qualité honnête pour 3 drams (1 dram = 1/16 oz) sur le marché vaut entre 180$ US (approx. 230$ CAN) and 2,500$ US (3210 $CAN). Selon la maison Ensar Oud, « Le marché pour les quantités d’écorce d’arbres sauvages commence à 50,000$/kg et atteint les 300,000/kg (juste pour 1 kg!) … Les dernier arbres de oud sauvage encore disponibles ne seront pas utilisés pour faire de l’encens ou en extraire de l’huile. Ils seront plutôt exportés en Chine pour être transformés en bijoux, sculptures, icones et ornements traditionnels qui seront vendus pour les centaines de milliers de dollars.”

Alors pourquoi écrire ce blogue?
Je ne sais pas encore. L’espoir, une expérience précédente avec une bouteille rare d’huile essentielle de vétiver, ou peut-être la confiance en ma chance et qu’écrire ce blogue m’amènera à résoudre ce dilemme…

Vers la fin des années 1990, j’avais trouvé le premier livre sur les huiles essentielles qui parlait de oud. C’était la plus courte description de tout le livre et mentionnait que c’était une huile très rare et très chère utilisée pour méditer sur la mort. J’en étais encore à mes débuts en aromathérapie alors malgré ma curiosité, j’ai mis cette information au fond de ma mémoire pour l’utiliser plus tard.

Environ deux ans plus tard, mon oncle Alfred qui vit en Allemagne, m’a acheté quelques bouteilles d’huiles essentielles après le décès de sa femme, mon modèle admiré jusqu’à ce moment là. Homme sensible et prospère toujours en quête de la meilleure qualité pour les aliments naturels, les vins et les appareils électroniques, il ne connaissait rien aux huiles essentielles. Mais il a consulté son apothicaire. Croyez-le ou non, il m’a envoyé plusieurs huiles essentielles incluant les plus chères sur le marché : rose, jasmin sambac, bois de santal et… oud! C’était une dilution à 5% dilution dans une bouteille de 50 ml. Je l’ai gardée précieusement pour les rares fois où je méditais sur la mort mais aussi pour mieux la connaître. Pourquoi ai-je su que c’était des huiles de grande qualité? Parce qu’elles venaient de lui, mais aussi à cause des expériences qu’elles m’ont fournies.

Le oud et son huile essentielle
Oud est à la fois aphrodisiaque et diaphorétique (qui fait transpirer). Au-delà de ça, Plantations International la décrit comme une huile qui nous connecte “à quelque chose du monde spirituel. Le oud symbolise et appelle ce qui nous connecte à ce qui est ancien, aux racines et à l’âme de la terre, au jardin d’Éden et à la Main de Dieu, à l’intemporel de l’esprit et de la vibration du monde éthérique, à la base primordiale de soi et de la complétude de l’existence. » Cette description reflète certaines de mes expériences avec elle.

En ayurveda, le oud est utilisé pour les problèmes cardiaques et de peau, l’anémie, les conditions neuro-musculaires, la pleurisie, les indigestions, la mauvaise haleine, l’impotence, les infections urinaires, l’incontinence et pour nettoyer le sang. En médecine tibétaine, les praticiens l’utilisent pour fumiger la chambre des gens qui ont sont affligés de désordres émotifs, psychiatriques et des maladies spirituelles. L’alchimiste du roi du Népal à Katmandu l’aurait même décrit comme « une bijoux qui permet de réaliser vos rêves » comme l’amour, la chance et la prospérité à ceux qui en prennent soin et l’utilisent avec respect.

Comme pour le bois de santal, le oud a une telle valeur que les braconniers sont prêts à risquer leur vie pour voler le précieux butain alors que les propriétaires légitimes risquent aussi leur vie pour les protéger. Certains gouvernements, certaines entreprises et organisations environnementales ont maintenant créé des plantations, mais comme vous le savez, la différence de qualité entre un arbre sauvage et un arbe en plantation est bien différente. Alors encore une fois, pourquoi écrire et surtout pourquoi même encore considérer réaliser un produit avec un ingrédient aussi cher et élusif?

La réponse : toute aussi chère et élusive
Ehh oui, me laisser guider par la rédaction de cet article m’a apporté des réponses. J’avais besoin de l’écrire pour me connecter avec l’énergie du oud et me convaincre de l’importance de :
– respecter la subtile voix intérieure qui me demande ce produit
– relever le défi d’accepter ma propre maîtrise de l’aromathérapie
– accepter ce défi à ma vison personnelle de la prospérité
– croire que si j’ai reçu une telle demande, c’est que quelqu’un en a besoin et est prêt à l’acheter
– comprendre que si quelqu’un est assez follement passionné pour effectuer 12 vols en avion et vider son porte-monnaie pour acheter la matière première, chercher et engager des distillateurs traditionnels dans des villages parsemés partout en Asie et prendre deux mois pour concevoir une seule huile essentielle, je peux être assez follement passionnée pour en acheter et faire un petit joyau de médicament.
Alors hier soir, avant même de rédiger le dernier paragraphe de ce blogue, j’en ai acheté une petite quantité.

Aujourd’hui, je ne peux encore vous dire comment s’appellera ce produit MAIS il contiendra les huiles essentielles de oud, de vétiver, de tulsi et de lavande, une macération de cèdre et de l’huile de brahmi que j’ai faite moî-même. Son but? Effacer toute trace d’anxiété qui vous afflige et vous ramener au réconfort de votre propre essence. Contactez-moi si vous désirez obtenir l’une de mes 5 bouteilles (50 ml) présentement disponibles. Coût : 108$ CAN.

No Responses to “Huile essentielle de oud : la chance et le dilemme de votre consultante ayurvédique”

Commentaire